mardi, octobre 20

La Réunion : Saint-Denis

L’extension rapide du chef-lieu ces trente dernières années, du côté Est et vers les montagnes environnantes, ne permet pas, de deviner toutes ses beautés au premier coup d’oeil. La commune de Saint-Denis est pourtant très riche en sites touristiques et culturels.

Avec ses 14 279 hectares sur lesquels se concentre une population de près de 132 000 habitants (1999), Saint-Denis est la plus grande ville de l’Outre-Mer français. Elle a réussi à associer un développement moderne, industriel et technologique à un parti pris culturel de haut niveau. Écoles, lycées, instituts professionnels, Université française, Université de l’océan Indien, bibliothèques, médiathèque, unités de recherche, théâtres, centres culturels publics ou privés, font de Saint-Denis un pôle culturel apprécié, idéalement situé de plus, entre mer et montagne. Les exigences du progrès n’ont jamais occulté le nécessaire respect dû aux valeurs traditionnelles et à un patrimoine historique hors du commun. Tout ce que l’histoire a légué est patiemment rénové. Ses bâtiments, monuments, parcs et musées sont une lecture à livre ouvert de notre histoire en dents-de-scie de l’île. Son patrimoine naturel est d’une richesse enviable à bien des égards. Les différentes phases de son peuplement en ont fait la vitrine ethnique de l’océan Indien : Africains, Blancs, Malgaches, Asiatiques, Indiens, Comoriens, Mauriciens s’y côtoient, image d’une Réunion multiculturelle, multiethnique, fraternelle et chaleureuse.

Historique

Dans l’histoire du peuplement, Saint-Denis n’arrive qu’en deuxième position après Saint-Paul. Au milieu du XVIIe siècle, l’emplacement du futur Saint-Denis n’est qu’un coin sauvage où l’on prévoit de construire un fort… Quelques paillotes sont couvées par un petit mât de pavillon censé guider les navires qui préfèrent relâcher ailleurs. Etienne Regnault, qui amena les vingt premiers Français de 1665, avait déjà pressenti l’intérêt de la région Nord, porte ouverte à la colonisation de territoires moins arides que ceux de l’Ouest. Il n’aura pas le temps de réaliser son projet, repris à son compte par Mahé de Labourdonnais qui, en 1735, en fait sa capitale bourbonnaise. Le développement du chef-lieu, devenu commune en 1689, n’a cessé depuis. Gouverneurs et préfets s’y sont succédés ; le train a assuré sa suprématie définitive à la fin du XIXe siècle ; lycées, universités et autres structures culturelles et industrielles ont parachevé l’ouvrage au fil des décennies.

Le Jardin de l’Etat

L’ancien Jardin Colonial, sévèrement veillé par le buste du Bailly de Monthyon, est une réserve de plantes tropicales incroyablement riche.

Véritable jardin d’acclimatation, c’est aussi un parcours didactique dans ce que le monde ultramarin offre de plantes les plus remarquables.

Chaque espèce, souvent vieille de plusieurs siècles, est expliquée de façon conviviale. Ne manquez pas son Muséum d’Histoire Naturelle, trésor faunique quasi exhaustif de l’océan Indien.

Le parc de la Providence

Géré par l’ONF, le parc de la Providence contient, outre le siège départemental de l’Office, une magnifique forêt, partie naturelle, partie reconstituée, siège de promenades faciles.

Le Barachois

Le Barachois est la promenade préférée des dionysiens. Long parterre gazonné le long de l’océan Indien, vieux murs, vieilles pierres sentimentales… On peut y respirer tranquillement l’air du large. C’est le site qui a été retenu pour accueillir le futur port de la ville.

Le Colorado

Le site du Colorado est un vaste haut plateau de moyenne montagne. Ses bosquets, prairies et collines, sites forestiers ont été aménagés : vous y trouverez pistes de jogging ; parcours de 4X4 et de VTT ; aires de pique-niques et points de vue splendides sur les plaines du Nord/Est et la rivière Saint-Denis. Situé à 30 minutes de voiture du chef-lieu, c’est l’endroit idéal pour se détendre.

La préfecture

On ne voit qu’elle, à l’entrée Ouest de la ville, avec ses pignons, sa structure majestueuse, sa toiture en bardeaux, son parc arboré surprenant. Elle est un des témoins de l’architecture dite “Compagnie des Indes », même si de nombreux éléments rapportés contredisent cette affirmation pseudo historique.

Vieilles demeures

Saint-Denis est un trésor de reliques architecturales, témoignages d’un riche passé. Grandes bâtisses bourgeoises, imposantes voire intimidantes, ou modestes demeures du petit peuple (souvent les plus attachantes parce que faisant vibrer le cœur d’une Réunion profonde et sympathique trop oubliée), toutes témoignent d’un passé foisonnant.

L’ancien Hôtel de Ville

Classé parmi les monuments historiques, l’ancien Hôtel de Ville, dont la première pierre fut posée en 1846, abrite des salles décorées aux splendeurs d’antan. Une récente restauration presque aussi longue que sa construction lui a redonné une grande partie de son lustre. Aujourd’hui, l’ancien Hôtel de Ville accueille régulièrement des expositions culturelles.

A la mémoire de Juliette Dodu

L’héroïne Réunionnaise de la première Guerre – on s’interrogea d’ailleurs longtemps sur ses mérites réels – a toujours sa maison natale, bien conservée, dans le bas de la rue qui porte son nom. Un établissement d’enseignement secondaire, le collège Juliette-Dodu, lui rend également hommage, angle des rues Juliette-Dodu et Sainte-Marie.

L’Immaculée Conception

Avant la récente mixité de l’enseignement, “L’Immaculée” était un collège et lycée de jeunes filles. Ces demoiselles défilant en uniforme, chemisette blanche à manches serrées et jupe plissée à petits carreaux ont toujours eu une réputation d’élèves de très haut niveau aux résultats irréprochables. La chapelle adjointe est inscrite à l’Inventaire des Monuments Historique de France.

Le marché du Chaudron

400 stands se déploient deux fois dans la semaine et proposent légumes, fruits et artisanat à profusion !

Accès : suivre le front de mer en direction de l’Est. Prendre la sortie “Le Chaudron” face aux drapeaux des nations. Tous les mercredis et dimanches de 6h00 à 12h00.

Le marché des Camélias

Étendu en longueur de part et d’autre d’une rangée de cocotiers, le marché des Camélias est l’un des plus fréquentés du Nord.

Accès : suivre la direction la Providence/les Camélias. Le marché se tient au pied des rampes de Saint-François. Les vendredis de 6h00 à 12h00.

Le petit marché

Situé en plein coeur de la ville, dans la rue Maréchal Leclerc, le “petit marché” est permanent. On y trouve de tout : fruits, légumes, volailles…

Le marché est ouvert tous les jours sauf le dimanche, de 6h00 à 18h00.

Le grand marché

À l’autre extrémité du carré piéton, (à l’opposé donc du « petit marché ») se trouve le “grand marché”. Celui-ci offre une panoplie complète de tout l’artisanat de l’océan Indien. Il abrite également un théâtre, qui anime régulièrement les nuits du centre ville. Ce marché est classé monument historique.

Un Carré Piéton

La rue Maréchal Leclerc, en plein coeur de Saint-Denis, offre aux piétons une longue balade dans le centre-ville.